« Vous le savez, le sort des soudanais du Sud Soudan ne nous est pas indifférent.  Notre AFC de CHATEAU-THIERRY parraine une AFC de soudanais réfugiés au centre Sainte Bakhita du Caire.

En faisant venir Naomi Baki, nous avons voulu approfondir ces liens. Soudanaise du Sud-Soudan, elle a du fuir son pays en proie à la guerre, à l’âge de 14 ans. Arrachée  à sa famille ,  elle a erré pendant plus de dix ans du Soudan à l’Europe, et a fini par arriver  à Soissons, où elle réside actuellement avec sa fille Caroline. Le récit de ses   « mille vies » vient de paraître aux Éditions du Cerf .

La rencontre avec Naomi Baki a eu lieu à la médiathèque Jean Macé de Château-Thierry ce 26 novembre 2013. Naomi, qui parle plusieurs langues africaines mais aussi l’anglais, le grec et l’arabe, s’est courageusement exprimée en français, dont elle ne connaissait pas un mot il y a deux ans.  Quel contraste entre son « parcours d’enfer » (la faim, le froid, le viol, l’esclavage, l’absence d’abri, la condition de « sans  papiers »)  et la sérénité avec laquelle elle le raconte, le sourire qui illumine son visage !

Elle a témoigné aussi pour toutes ces personnes vivant des parcours semblables et qui se terminent dans l’anonymat, la détresse et le désintérêt de beaucoup. En cette période  de campagne contre la violence faite aux femmes, avec ce thème : « Face aux violences, libérons la parole » , le témoignage de Naomi Baki est hautement significatif. Deux femmes, la psychanalyste Marie Taurand et la journaliste Sophie Porteil, lui ont permis d’exprimer ce qu’elle a du subir et endurer.   Le livre, fruit de rencontres et de dialogues en témoigne.« Je suis encore vivante » qu’elle a dédicacé à la fin de son témoignage.

La librairie « Le Liseur » a épuisé dans la soirée les livres apportés. D’autres sont en commande… »

Nos remerciements à la Médiathèque Jean Macé, à Camille Lefèvre (flyer,photos) et à Louis Cipel.