Une journée pour les jeunes filles de 10 à 14 ans,

avec leur maman, ou leur marraine.

Pour parler des changements formidables de son corps pendant la puberté.

à Laon le samedi 17 février prochain.

25€ pour les familles adhérentes à l’AFC de Laon et 50€ autrement.

 

Pour découvrir le CycloShow, n’hésitez pas à visiter le site http://cycloshow-xy.fr/nos-ateliers/cycloshow/  ou à écouter l’émission de radio sur  https://rcf.fr/vie-quotidienne/famille/cyclo-show/

La puberté que vivent ces jeunes filles est une période de grandes transformations tant physiques que psychologiques, une période passionnante mais parfois si difficile à vivre ! Poser des mots sur tous ces bouleversements et en découvrir la beauté figurent parmi les objectifs de ces journées. cet atelier est original par sa façon d’aborder le sujet. Un  beau matériel, une journée partagée entre mères et filles, le temps que nous nous donnons, les musiques mais aussi l’apport de connaissances scientifiques sont les moyens d’atteindre cet objectif. Cet atelier aide aussi les mamans à trouver les mots qui leur permettront ensuite d’aborder et/ou de poursuivre les discussions sur ces thèmes. De même, il enrichit les familles à l’aise sur le sujet.

il reste 6 places !

Bulletin d’inscription A envoyer à D.Legras Ferme de Sauvresis 02 000 Molinchart

plus d’informations à :  D.Legras            afc02laon@afc-france.org
et regarder le site http://cycloshow-xy.fr/ateliers/
Chèque de 50€ à l’ordre des AFC de Laon (ou 25€ pour les adhérentes)
Je m’inscris au CycloShow du 17 Février 2018 à LAON
Prénom et nom de la jeune fille
Âge
Accompagnée par Mme (Nom Prénom)
Adresse
Téléphone(s)
Mail
Vous avez déjà participé à un atelier   OUI  ou  NON
Le nombre de filles participantes est limité à 14

« Vous le savez, le sort des soudanais du Sud Soudan ne nous est pas indifférent.  Notre AFC de CHATEAU-THIERRY parraine une AFC de soudanais réfugiés au centre Sainte Bakhita du Caire.

En faisant venir Naomi Baki, nous avons voulu approfondir ces liens. Soudanaise du Sud-Soudan, elle a du fuir son pays en proie à la guerre, à l’âge de 14 ans. Arrachée  à sa famille ,  elle a erré pendant plus de dix ans du Soudan à l’Europe, et a fini par arriver  à Soissons, où elle réside actuellement avec sa fille Caroline. Le récit de ses   « mille vies » vient de paraître aux Éditions du Cerf .

La rencontre avec Naomi Baki a eu lieu à la médiathèque Jean Macé de Château-Thierry ce 26 novembre 2013. Naomi, qui parle plusieurs langues africaines mais aussi l’anglais, le grec et l’arabe, s’est courageusement exprimée en français, dont elle ne connaissait pas un mot il y a deux ans.  Quel contraste entre son « parcours d’enfer » (la faim, le froid, le viol, l’esclavage, l’absence d’abri, la condition de « sans  papiers »)  et la sérénité avec laquelle elle le raconte, le sourire qui illumine son visage !

Elle a témoigné aussi pour toutes ces personnes vivant des parcours semblables et qui se terminent dans l’anonymat, la détresse et le désintérêt de beaucoup. En cette période  de campagne contre la violence faite aux femmes, avec ce thème : « Face aux violences, libérons la parole » , le témoignage de Naomi Baki est hautement significatif. Deux femmes, la psychanalyste Marie Taurand et la journaliste Sophie Porteil, lui ont permis d’exprimer ce qu’elle a du subir et endurer.   Le livre, fruit de rencontres et de dialogues en témoigne.« Je suis encore vivante » qu’elle a dédicacé à la fin de son témoignage.

La librairie « Le Liseur » a épuisé dans la soirée les livres apportés. D’autres sont en commande… »

Nos remerciements à la Médiathèque Jean Macé, à Camille Lefèvre (flyer,photos) et à Louis Cipel.

Antenne consommation à Saint Quentin :

«J’ai un litige avec mon opérateur internet. Comment faire ?»«J’ai du mal à faire

valoir ma garantie !» …

Le Code de la Famille confie explicitement aux associations familiales la «défense des

intérêts matériels et moraux des familles». C’est pourquoi les Associations Familiales

Catholiques ont demandé et obtenu depuis 1987 l’agrément en tant qu’Association

de défense des consommateurs. Cette mission s’inscrit dans le champ de

l’Enseignement Social de l’Église et est porté par l’Évangile qui prône l’amour et l’aide

au prochain, sans distinction.

L’AFC de Saint-Quentin dispose d’une antenne consommation pour répondre aux

demandes d’information et assister les consommateurs.

La permanence se tient tous les derniers mercredis du mois,

hors vacances scolaires,de 18h à 19h,

au 2, rue du Chevalier de la Barre à Saint-Quentin.

Tél : 06.19.82.66.56                thierry-canart@orange.fr

 

 

 LES DERNIÈRES NOUVELLES DE L’ÉGLISE PERSÉCUTÉE                   21.05.2014

Soudan : Enceinte, condamnée à mort pour apostasie

Un cas unique au Soudan. Le 11 mai, Meriam Yahia Ibrahim, 27 ans, a été condamnée à la peine de mort pour apostasie et 100 coups de fouet pour adultère.

Le cas de Meriam est unique au Soudan. La jeune femme est enceinte de 8 mois et maman d’un petit garçon en bas âge avec qui elle est actuellement détenue. Parce qu’elle a refusé de renier sa foi chrétienne, elle a été condamnée à la peine de mort. Selon le jugement, elle devrait être exécutée dans environ deux ans, quand l’enfant à naître sera sevré.

Quel est le crime de Meriam pour mériter un tel châtiment ? Celui d’avoir à la foisun père musulman et des convictions chrétiennes. En effet, comme le père de Meriam est musulman, elle est automatiquement considérée comme musulmane elle aussi. Or, elle est chrétienne, ce qui fait d’elle une apostate.

Mariage interdit

Meriam a grandi avec sa mère, chrétienne, dans une petite ville dans l’ouest du pays. Après ses études à l’Université de Khartoum, elle a exercé la médecine et épousé Daniel Wani, un chrétien sud-soudanais. Le couple s’est marié à l’église en 2012 et a un fils de 20 mois. Or, selon la loi soudanaise, les femmes musulmanes ne doivent se marier qu’avec des hommes musulmans. Tout mariage entre une musulmane et un chrétien est considéré comme un adultère.

Enfants enlevés à leur père

Les autorités considèrent également les enfants de Meriam comme étant musulmans en raison de leur ascendance et ne permettront pas qu’ils soient élevés par leur père, celui-ci étant chrétien. Ce dernier n’a même pas été autorisé à rendre visite aux siens en prison.

L’avocat de Meriam a annoncé qu’il allait faire appel. En cas d’application du jugement, l’autorité parentale serait retirée au père chrétien et transférée à l’Etat. Meriam est mise sous pression pour qu’elle renie sa foi chrétienne en échange d’une diminution, voire d’une remise de sa peine. Jusqu’à présent, elle a refusé d’abjurer.

Photo : Meriam Yahia Ibrahim lors de son mariage

  • Remercions Dieu pour le courage remarquable de Meriam,
  • Prions pour la protection de Meriam et de son fils âgé de 20 mois en prison et pour leur libération rapide.
  • Prions aussi pour son mari et les proches de la famille.

Service Baby-sitting :

Pour faciliter la vie des mères de familles devant faire garder leurs enfants ponctuellement, d’une part, et faciliter l’accès au baby-sitting des jeunes étudiants, d’autre part, l’association propose sur demande un listing de babysitter possible aux familles adhérentes.
Chaque famille peut ensuite utiliser cette liste sous sa seule responsabilité.

Contacter AFC Château-Thierry : cabinet.lefevre.xavier@orange.fr

Contacter AFC Saint-Quentin : gauthierxavier@yahoo.fr

Contacter AFC Soissons : afcsoissons@yahoo.fr

L’AFC de Château-Thierry est heureuse de vous annoncer la sortie de :

« 1001 activités pour les enfants à Château-Thierry et dans ses environs »

Ce guide est à destination de toutes les familles. Il liste des activités en tout genre pour les enfants sur place ou à proximité de Château-Thierry. Les familles peuvent y trouver des propositions d’activités simples comme des balades ou des aires de jeux mais aussi des activités plus éloignées qui valent le déplacement.

Familles, ne soyez plus à court d’idées ! Téléchargez ce guide ici.

Naomi BAKI, soudanaise réfugiée à Soissons, a écrit un livre : « Je suis encore vivante », que vous pouvez acheter en suivant ce lien :

http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/ficheauteur.asp?n_aut=10161

Le livre issu des confessions de cette jeune femme chrétienne du Sud Soudan, au-delà de l’émotion qu’il suscite, fait œuvre utile. On n’en sort pas indemne. On a envie d’en savoir plus sur son destin contrarié.
Violée maintes fois, contrainte de faire semblant de s’être convertie à l’islam, son père martyrisé, sa famille dispersée, elle trouve le salut dans la fuite. Une fuite éperdue où les « hommes vautours » guettent la jeune proie de quatorze ans pour en faire leur chose. Elle croit en Dieu mais Dieu, croit-elle, l’a abandonnée. Comme devaient le penser sans doute celles et ceux qui entraient à Auschwitz… Comme Jésus disait lui-même sur la croix : « Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? »
L’espoir renaît cependant, tôt ou tard, et c’est bien là le côté touchant, positif, de ce récit témoignant d’actes monstrueux. Après de multiples péripéties, la petite fille africaine, mûrie par les épreuves, arrive en France où elle est enfin considérée comme un être humain à part entière, après des années d’errance, d’humiliations. Une vie nouvelle s’offre à elle. Gageons qu’elle sera réussie car que peut-il y avoir de pire que le pire ?

Familles Chrétiennes solidaires – Parrainage de familles Soudanaises

Depuis 2003, l’AFC de Château-Thierry parraine une Association Familiale Catholique de familles Soudanaises réfugiées au Caire (Egypte). Ce parrainage est à la fois d’ordre spirituel (soutien par la prière), financier et épistolaire.
Ainsi, plusieurs familles françaises de l’AFC de Château-Thierry parrainent et soutiennent des familles soudanaises mensuellement (ou autre) pour un an renouvelable. Elles versent leur aide au bureau de I’AFC de Château-Thierry et informent ce même bureau de leur relation avec la famille soudanaise de toute demande particulière ou de toute difficulté.

De leur côté, les familles soudanaises ainsi soutenues s’engagent à une réciprocité selon
leur possibilité (la richesse n’étant pas seulement matérielle), et versent une partie (0,70€)
de l’aide reçue à la caisse commune de l’association soudanaise en esprit de solidarité.

Le rapport entre les familles françaises et soudanaises, est géré

  • Par une charte de solidarité écrite et signée par les différentes parties.
  • Par l’aumônier de l’association soudanaise, le père Justin Kakule
  • Par l’AFC de Château-Thierry.

Cette charte a été rédigée à la fois en Français, et en Arabe, afin que chaque partie soit sûre de bien se comprendre.
Cette année, c’est une quinzaine de famille qui, sur Château-Thierry sont venues en aide aux familles soudanaises. Cette aide a donné lieu à plusieurs versements (août, décembre) ainsi qu’à une opération « pain-pommes ».