Le gender, vu par « enseignants pour l’enfance » : Résumé

www.Enseignants-pour-Enfance.org Enseignantspourlenfance@laposte.net

2 février 2014 Association Enseignants pour l’Enfance

Le « genre » Explication résumée

1 – Ce que c’est :  

Certains milieux ultra-féministes (1) et homosexuels affirment le postulat suivant : il existerait une « identité sexuelle » INDEPENDANTE du sexe biologique. C’est le coeur de l’idéologie du « genre », peu importe la manière de la présenter. Pour ces militants, ce serait l’éducation et un conditionnement social qui définiraient les comportements des hommes et des femmes. Ces comportements, en particulier l’attirance sexuelle, seraient totalement, ou à des degrés divers, indépendants du sexe2.

2 – Pourquoi c’est faux, inutile et dangereux

Cela va de soi, mais c’est mieux en le disant : l’espèce humaine est une espèce à reproduction sexuée Comme tous les mammifères par exemple, dont l’espèce humaine fait partie. Et pour que naisse un petit, il faut qu’un mâle et une femelle se rencontrent, aient envie de se rencontrer. Ce n’est pas un « conditionnement social » qui dicte le comportement des chats, par exemple, lors des chaleurs : L’attirance mutuelle des sexes fait partie de la reproduction sexuée Pas d’attirance  pas de petit  plus d’espèce. Cette attirance fait partie de ce mode de reproduction, existe dès la naissance même si elle ne se manifeste qu’à la maturité sexuelle, et n’a pas besoin d’un « conditionnement » qui ne peut que s’y opposer. Sans aucune influence extérieure, à la puberté les garçons sont attirés par les filles et les filles par les garçons. Et l’homosexualité ? Les processus biologiques sont complexes et présentent parfois des configurations inhabituelles et rares. Plus nombreux sont les effets d’une perturbation affective ou psychologique lors de la croissance ; ceux qui les subissent en souffrent souvent. De ce fait, un conditionnement social précoce tendrait plutôt à provoquer l’homosexualité.

3 – Pourquoi le « genre » est à l’école,

et sous quelle forme Lorsque Vincent Peillon parle « d’arracher l’enfant aux déterminismes familiaux », et impose l’ABCD de l’égalité dans le but de « lutter contre les stéréotypes liés au genre3 », il se place dans la logique de cette idéologie. Il s’agit de convaincre les petits garçons qu’il est NORMAL de vouloir se marier avec un autre garçon4, de mettre des barrettes dans les cheveux ou de porter une jupe5, de faire comme les filles : puisque garçons et filles, « c’est pareil ». De la même manière il faut persuader les petites filles qu’il est NORMAL de vouloir se marier avec une fille6, etc. La liste des associations agréées pour intervenir en école, et leur action ouvertement militante, laissent pantois7.

note 1 Leur but déclaré est de nier la différence homme / femme, même si cela nuit aux femmes

note 2 Voir les explications simplistes de ces idéologues dans le documentaire norvégien Brainwashing : http://www.youtube.com/watch?v=PfsJ5pyScPs

note 3 « genre » qui n’existe pourtant pas, parait-il, à l’Education Nationale

note 4 thème du livre « pour enfants » : Mes deux papas

note 5 thème du livre « pour enfants » : Papa porte une robe

note 6 thème des livres « pour enfants » : Théo/Jean/Mokiko… a deux mamans

note 7 voir par exemple le catalogue de films de « cestcommeca.net » www.Enseignants-pour-Enfance.org Enseignantspourlenfance@laposte.net

(suite)

L’ABCD de l’égalité recommande fréquemment des activités8 par deux sur des discussions portant sur le sexe, parfois même avec un préservatif9 : peu importe le prétexte donné, le contexte banalise la rencontre et incite aux « expériences »10.

4 – Pourquoi le « genre » n’a rien à faire à l’école

On l’a compris, cette idéologie vise à imposer l’idée que la différence des comportements entre hommes et femmes n’aurait rien à voir avec le sexe. Aucune étude scientifique sérieuse et impartiale n’a permis de justifier cette affirmation ; au contraire, de nombreuses études, dont certaines très étendues11, ont définitivement démontré le contraire. Mais surtout les enfants « n’appartiennent pas à l’Etat » : selon la loi, l’éducation des enfants appartient d’abord à leurs parents12. Cette intrusion dans le domaine intime, qui banalise le sexe et évacue les sentiments est une violence indécente. Les parents attendent de l’école primaire qu’elle enseigne à lire, écrire et compter13. Une aide éventuelle sur une éducation sexuelle ne peut se faire qu’avec l’accord des parents, de façon respectueuse des réalités, de la pudeur, des sentiments, et en premier lieu de l’âge des enfants.

 5 – Conseils pratiques

Attention, les très jeunes enfants sont également visés14 ; s’ils subissent quelque chose d’anormal, ils n’en auront pas conscience, ne sauront pas en parler : les parents doivent être vigilants, échanger leurs impressions en se rencontrant à la sortie de la crèche, de la maternelle. Les enseignants : ils sont aussi parents, certains mieux renseignés luttent à vos côtés ; beaucoup ignorent l’idéologie cachée, ou n’ont pas conscience de sa gravité. Les parents peuvent commencer par une discussion d’adulte à adulte, avec bienveillance ; il est cependant préférable d’approfondir ses connaissances15 et d’élaborer une argumentation étayée. Elections municipales : c’est le maire et son conseil qui prend la décision de financer, ou pas, telle association appelée à intervenir dans les écoles. Interrogez les candidats et diffusez les réponses16. Conseils et associations de parents : inscrivez-vous, participez autant que possible, sinon d’autres décideront à votre place. A titre indicatif la FCPE est considérée comme proche du parti socialiste, et la PEEP serait plutôt neutre mais le contexte local peut être différent. Pétitions de parents : elles sont très efficaces ; n’oubliez pas de les diffuser largement, y compris auprès des responsables politiques locaux et des médias. A la maison : c’est le moment de retrouver le plaisir de raconter des histoires, celles dont les enfants raffolent, avec princes et princesses ; surveillez les programmes de télévision, ils sont orientés. Certains parents ont purement supprimé la télévision, sauf à des moments choisis, en famille, pour des programmes ou films choisis : tous témoignent du grand bénéfice pour les enfants, notamment sur les résultats scolaires, et la vie en famille.

note 8 guide de l’Education Nationale Education à la sexualité

note 9 guide de l’Education Nationale Education à la sexualité, P.39

note 10 brochure du planning familial Tomber la culotte, qui vante les mérites de l’homosexualité féminine

note 11 voir par exemple l’étude du pr. Richard Lippa, Université de Fullerton, Californie : elle recueille les réponses de plus de 200.000 personnes sur toute la planète

note 12 la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, signée par la France, affirme que « les parents ont par priorité le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants »

note 13 première attente exprimée par les parents lors de la consultation de 2003

note 14 voir le site egaligone.org, association généreusement subventionnée, et ses actions en direction des assistantes maternelles

note 15 voir par exemple le site en haut de page, qui comporte également des liens vers d’autres sites

note 16 par exemple à LMPT (www.lamanifpourtous.fr)